En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici.

×

Blog Sarbacane

Retrouvez sur le blog les bonnes pratiques de l’emailing, actualités de nos produits et du marché de l’email marketing

Blog Sarbacane

Romain Posts

[TUTORIEL] Gérer ses contacts inactifs avec Sarbacane

[TUTORIEL] Gérer ses contacts inactifs avec Sarbacane

I. Qu’est-ce qu’un inactif ?

Un inactif est un abonné qui n’a pas effectué d’action depuis un laps de temps défini. Il se détermine selon 2 axes : l’action et le temps.

Cette notion d’inactif s’établi en fonction de votre type d’activité, de la récurrence de vos envois et de vos objectifs (ventes, visiteurs, leads, etc).

Par exemple un inactif pour un site e-commerce pourrait être défini comme un abonné n’ayant pas effectué d’achat dans les 6 derniers mois. Alors qu’un site media définira un inactif comme un abonné n’ayant pas ouvert une newsletter sur les 3 derniers mois.

C’est à vous de déterminer le type d’action et la période permettant d’identifier les inactifs et les actifs.

 

II. Pourquoi m’en soucier ?

Nous vous sensibilisons sur cette notion d’inactif car négliger ce type d’abonné est impactant pour la délivrabilité de vos envois. La notion d’engagement influence votre réputation d’expéditeur.

L’engagement représente les actions (positives) effectuées sur vos envois par l’abonné. Cela peut être une ouverture, un transfert de l’email à un autre destinataire, répondre à l’expéditeur, etc. La somme de ces actions est enregistrée et agrégée sur l’ensemble de vos envois.

Cela détermine si vos envois intéressent les personnes contactées et donc si elles sont légitimes. L’absence de comportement positif indiquera le contraire, influencera négativement votre réputation et finalement les résultats de vos campagnes emailing.

Si vous n’êtes pas convaincu par l’aspect performance, l’argument économique peut vous faire changer d’avis.

Contacter vos inactifs a un coût matérialisé par des frais de routage. Lorsqu’une politique de gestion d’inactifs est en place, vous réduisez la volumétrie de vos envois pour ne contacter que les personnes ayant manifesté un intérêt « récent »  pour vos envois. Les frais de routage sont calculés (chez Sarbacane) sur le nombre de destinataires que contient votre campagne.

Alors, en diminuant votre volumétrie, vous réduisez logiquement le coût de routage de votre campagne sans réduire les performances statistiques de vos campagnes. Paradoxalement vous allez générer plus d’ouverture en contactant moins de personnes.

Pour résumer, la gestion des inactifs vous permet :

  • de diminuer les problèmes de délivrabilité liés à une baisse de réputation
  • d’augmenter la rentabilité de vos campagnes en réduisant les frais de routage
  • d’améliorer les résultats de vos campagnes

 

III. Qu’en faire ?

Maintenant que nous savons ce qu’est un inactif et que nous connaissons les risques de ne pas s’en soucier, que doit on en faire ?

La première des choses est d’isoler ses inactifs pour les retravailler spécifiquement et en (r)engager une partie. Il faut également appréhender l’idée qu’une majeure partie de ces inactifs ne réagiront pas ou plus à vos campagnes, y compris les campagnes de réactivation, et seront donc du potentiel mort.

Le conseil que nous vous donnons est de séparer actifs et inactifs.

Les actifs continueront de recevoir vos campagnes traditionnelles. Quant aux inactifs, il est préférable de les contacter beaucoup moins régulièrement avec comme objectif spécifique : le réengagement.

Ce type de campagnes est spécifique à l’activité de votre société. Par exemple : une entreprise utilisant le canal emailing pour communiquer sur ses événements n’aura pas les mêmes leviers d’action pour générer un réengagement qu’une entreprise spécialisée dans le retail.

On peut donc distinguer :

  • Les campagnes de réengagement agressives, en jouant sur le caractère particulièrement attrayant d’une offre promotionnelle.
  • Les campagnes de ré-optimisation, ce type de campagne est spécifique au fichier client ayant déjà plusieurs années. L’objectif est de proposer le renouvellement de l’inscription et de sortir de façon définitive les abonnés qui ne (re)confirment pas leurs inscriptions.
  • Les campagnes « décalées », l’idée est d’utiliser un discours ou des visuels inhabituels. Par exemple en utilisant un sujet de campagne ayant un ton humoristique.

 

IV. Le tuto’ Sarbacane

Après toute cette théorie il est temps de passer à la pratique.

Nous allons vous expliquer comment créer votre liste d’actifs de -6 mois et votre liste d’inactifs de +6 mois. Les 2 procédures sont pratiquement similaires et ne vous prendront pas plus de 5 minutes.

 

a. Créer la liste d’inactifs

 

1. Aller dans STATISTIQUES, puis cliquer sur DESTINATAIRES.

2. Sur cette page, cliquer sur « Ciblage »(1) pour faire apparaitre le menu de ciblage, puis sur « + Ajouter une règle »(2).

img1

3. Une nouvelle ligne apparait dans le menu ciblage avec 2 listes déroulantes et un champ texte. Dans la première liste déroulante, à la place de « Email », sélectionner « Nombre de campagnes ouvertes », « est égal à » et dans le champ texte indiquer à « 0 » (3).

4. Dans le coin en haut à droite, en dessous de « Campagnes envoyées », sélectionner la plage de dates correspondante aux 6 derniers mois. Il faut cliquer sur la liste déroulante située sous « Campagnes envoyées : » puis sélectionner « Les 180 derniers jours (6 mois) » (4).

5. Cliquer sur « Créer une liste » (5) pour créer une liste de contacts à partir du ciblage réalisé.

liste5

Vous retrouverez cette liste dans l’onglet « Liste de Contacts » et vous pourrez la sélectionner pour vos campagnes.

 

b. Créer la liste d’actifs

 

La procédure est la même que pour la création de la liste d’inactif à la différence de l’étape 3 :

* Une nouvelle ligne apparait dans le menu ciblage avec 2 listes déroulantes et un champ texte. Dans la première liste déroulante, à la place de « Email », sélectionner « Nombre de campagnes ouvertes », « est supérieur à » et dans le champ texte indiquait à « 0 » (3).

img4

Vous venez de créer votre liste d’inactifs et d’actifs. Nous vous conseillons de n’utiliser que votre liste d’actifs sur vos campagnes traditionnelles, vous utiliserez votre liste d’inactifs pour vos campagnes de réactivation.

Bon mailing à tous !

Sarbacane est désormais disponible sur Mac ! 👍

Sarbacane est désormais disponible sur Mac ! 👍

Après plusieurs mois de développement, toute l’équipe est heureuse et fière de vous annoncer que Sarbacane est enfin disponible sur Mac !

 

télécharger sarbacane mac

 

Cette première version sur Mac est identique à la version Windows, notamment l’interface utilisateur indifférenciée. Seules quelques fonctionnalités n’ont pas encore été ajoutées mais le seront d’ici peu :

 

  • Le Cloud : il est pour le moment impossible de synchroniser l’environnement de Sarbacane Mac d’un poste à l’autre.

Pour ceux qui utilisent déjà la version Windows, vous ne retrouverez pas automatiquement vos campagnes, blacklists, listes de contacts, etc., dans votre version Mac. Pour les récupérer, vous pouvez copier le contenu du dossier « Sarbacane Desktop » depuis « Documents » sur votre PC, et le coller dans le dossier « Sarbacane Desktop » de votre Mac. Mais n’oubliez pas que les deux versions ne se synchronisent pas encore de manière automatique et que toute action réalisée sur Mac sera isolée de PC.

Pour plus d’informations sur la migration Mac/PC, cliquez-ici.

  • Kompass : Pour le moment, la location de contacts via Kompass n’est pas faisable sur la version Mac
  • Les extensions WordPress, Prestashop, Magento et l’Éditeur de Formulaires ne sont pas encore présentes non plus dans cette première version
  • L’éditeur HTML Standard n’est pas encore disponible. Pour le moment, vous ne pourrez pas envoyer vos campagnes créées dans l’éditeur standard de la version PC après migration vers Sarbacane Mac.

 

Quoiqu’il arrive, vous pouvez tout à fait importer vos contacts, créer vos campagnes, envoyer vos newsletters, analyser vos statistiques… Sachez que les fonctionnalités manquantes seront disponibles rapidement !

Nous sommes conscients que cette version était attendue par de nombreux utilisateurs Sarbacane, et nous espérons que celle-ci sera à la hauteur de vos attentes. N’hésitez pas à nous contacter pour toutes remarques ou questions  !

Nous tenons à remercier l’ensemble des beta-testeurs ayant participé à la finalisation de cette version.

Bonnes campagnes !

L’Influence des Couleurs dans votre Stratégie Webmarketing

L’Influence des Couleurs dans votre Stratégie Webmarketing

Savez-vous que les couleurs qui composent votre logo, votre site web et toute votre communication au sens global ont un impact qui dépasse le simple aspect esthétique ? 

Votre marque doit être facilement identifiable auprès de vos clients et vous distinguer de vos concurrents.

Tous les éléments visuels qui composent votre image de marque doivent vous servir à véhiculer le bon message et à vous distinguer des autres.

Les couleurs que vous choisissez pour votre charte graphique font partie de ces éléments.

Nous allons voir ensemble les messages que peuvent véhiculer les couleurs, et comment les utiliser à bon escient pour renvoyer une image professionnelle et adaptée auprès de vos prospects.

 

La signification des couleurs

Beaucoup sont sceptiques quant à la signification des couleurs d’un point de vue marketing. Pourtant, on peut apposer à certaines couleurs des messages qui, conventionnellement et culturellement, résonnent de la même manière dans tous nos esprits.

Prenons l’exemple des feux de signalisation : le vert a une connotation positive et vous indique que vous pouvez passer sans danger, alors que le rouge évoque une interdiction formelle de passer.

Ces significations tacites, on les retrouve à peu près partout. Par exemple, la couleur de la croissance est le vert, celle de la décroissance, le rouge. On dit d’ailleurs qu’on « est dans le rouge » lorsque notre compte en banque affiche un nombre négatif.

Des exemples, il y en a des tas. Cela montre bien que les couleurs peuvent à elles seules renvoyer des messages de façon inconsciente.

Dans notre cas, nous parlerons bien entendu de la signification marketing des couleurs du point de vue de notre culture occidentale. Dans certains pays asiatiques par exemple, les couleurs peuvent avoir des sens complètement opposés aux nôtres.

 

Les couleurs ont souvent des doubles significations, tantôt positives, tantôt négatives.

 

 Aspects positifs :

Rouge : puissance, énergie, passion.

Bleu : confiance, sécurité, légèreté

Vert : naturel, équilibre, apaisement

Jaune : optimisme, joie, vitalité, lumière,

Orange : sport, jeunesse, fun, créativité

Violet : sagesse, méditation, mystère

Rose : féminité, douceur

Blanc : pureté, propreté, distinction

Noir : luxe, pouvoir, sobriété

 

 Aspects négatifs

Rouge : agressivité, colère, interdiction

Bleu : froideur, distance, tristesse

Vert : argent, malchance

Jaune : trahison, frustration, mensonge

Orange : agressivité, énervement, alerte

Violet : étrange, bizarre, mélancolie

Rose : enfantin, immaturité

Blanc : vide, lassitude, solitude

Noir : monotonie, mort, obscurité

 

Oui on sait, le blanc et le noir ne sont pas à proprement parler des « couleurs », mais on s’en sert comme telles en webmarketing.

 

L’importance des contrastes

Connaître les significations de toutes ces couleurs, c’est bien beau, mais comment les appliquer dans votre communication ?

Il est important de choisir les bonnes combinaisons de couleurs qui feront contraster les parties que vous souhaitez mettre en valeur.

Ces contrastes donneront de l’importance aux boutons d’action, aux blocs de textes importants, ou à toute information qui doit être mise en avant pour mieux « sauter » aux yeux de vos visiteurs.

Cet outil de Trinity Advise vous permet de trouver des couleurs facilement combinables à partir du cercle chromatique. Sélectionnez votre couleur dominante, et l’outil vous donnera sa couleur complémentaire la plus efficace pour votre site web.

Le tout est de respecter vos choix de contrastes dans l’ensemble de votre communication. C’est ce qui donnera à votre marque une identité visuelle.

En revanche, évitez à tout prix le contraste « fond sombre / texte clair ». Ce type de design est violent pour les yeux de vos lecteurs et assombrira votre site web alors que la tendance est à la clarté et aux contenus aérés.

 

Une affaire de goûts

Si toutes les significations que nous avons listées sont communément admises, il ne faut pas oublier que votre charte graphique doit avant tout refléter la personnalité de votre marque et toucher votre cible (par exemple, les hommes et les femmes ne sont pas forcément touchés par les mêmes couleurs, tout cliché mis à part).

Il ne suffit donc pas de choisir une couleur avec un sens qui vous plaît et d’en inonder votre site web !

D’autre part, vous avez tout à fait le droit d’aimer le rouge et vendre des produits de beauté. Il faut quoi qu’il arrive accorder votre discours en conséquence et assumer pleinement vos choix.

N’essayez pas non plus de faire dans l’original coûte que coûte au risque de tomber dans le kitsch suprême ! La simplicité est de mise aujourd’hui et le mauvais goût freine fortement les consommateurs.

 

Un impact réel

Vous pouvez rester sceptique quant à l’impact réel du choix des couleurs en marketing, mais ce n’est pas pour rien que de grandes marques se sont prises au jeu du changement de couleurs.

Prenez McDonald’s. Avant 2010, souvenez-vous, toutes les enseignes de France étaient munie du célèbre logo : un grand M jaune sur fond rouge : 

logo mcdo

Aujourd’hui, c’est terminé ! Le géant américain a alors utilisé la France comme zone test pour vérifier l’impact du changement de couleur de son logo, désormais vert et jaune :

 logo mcdo vert

La dominante de vert renvoie une image moins américanisée, moins agressive que le rouge et surtout, vient s’adapter à la mode française : l’écologie et la préservation de l’environnement.

Souvenez-vous ! On vous disait que le vert était synonyme de naturel et d’apaisement. Et bingo, McDonald’s a vu juste avec ce changement de couleur : son image s’est considérablement améliorée depuis et l’enseigne est restée leader incontesté sur le marché français. Bonne pioche non ?

A contrario, on peut citer la marque Heinz qui a tenté une expérience marketing intéressante en 2000 en changeant la couleur de son fameux Ketchup en… vert ! Si les ventes ont grimpé au départ par effet de curiosité, elles sont très vite descendues en flèche.

En effet, on ne peut pas attribuer n’importe quelle couleur à n’importe quel produit. Du Ketchup vert, sérieusement, vous en mangerez ? Vous n’achèteriez pas une voiture rose ? Ou du dentifrice marron ?

 


Les couleurs ont réellement un impact sur les décisions d’achats, sur le taux de conversion de vos CTA, sur la perception de votre entreprise aux yeux de vos prospects…

Vous devez prendre le temps de choisir en vous posant les bonnes questions et surtout, ne choisissez pas vos couleurs au hasard. Elles doivent à la fois :

♦  Refléter vos valeurs et votre domaine
♦  Apporter une esthétique générale agréable
♦  Être à votre goût
♦  Être déclinées sur vos différents supports de communication

 

Enfin, je vous invite surtout à faire des tests. Ce n’est qu’en expérimentant que l’on peut comprendre les attentes de son audience.

Testez par exemple deux pages web avec des boutons d’inscription à votre newsletter de couleurs différentes. Essayez également de changer la couleur de vos CTA dans vos emails et faites des tests A/B, et voyez par vous-même les différences en termes de clics et de conversion !

E-commerçants : multipliez vos ventes grâce au Trigger Marketing

E-commerçants : multipliez vos ventes grâce au Trigger Marketing

Si on vous disait qu’il existe un moyen de booster votre chiffre d’affaires de manière totalement automatisée, vous y croiriez ? 

Le Trigger Marketing (ou Marketing Automation) est sans conteste la solution marketing montante de 2016 pour les e-commerçants.

Et pour cause ! Elle permet de générer des ventes, de gagner des clients, de fidéliser, de gagner du temps…

Comment ça marche ? Est-ce si miraculeux ? Pour ceux qui ne connaissent pas, voici une présentation du Trigger Marketing.

 

Le trigger marketing, c’est quoi ?

En quelques mots, c’est une technique marketing permettant de déclencher une action (envoi de mail/sms…) en fonction d’un comportement de la part d’un individu ou en fonction d’un événement.

Ce principe simplissime permet d’automatiser des processus marketing parfois compliqués à mettre en place et chronophages.

On peut par exemple déclencher un email automatique pour souhaiter son anniversaire à un client, pour relancer un client inactif, pour souhaiter la bienvenue à un nouveau…

Les possibilités sont nombreuses.

Beaucoup sont alors persuadés que mettre en place un mécanisme d’automatisation est quelque chose de complexe.

Peu d’e-commerçants et de PME/TPE franchissent alors le pas, pensant que ces solutions sont réservées aux grands comptes.

Si la plupart des solutions proposées sur le marché sont de véritables usines, il en existe certaines parfaitement adaptées au e-commerce et aux petites structures.

C’est le cas de Geer.io.

 

Geer.io : le marketing automation pour les e-commerçants

Geer.io est une startup incubée par le groupe Sarbacane Software.

Son principe repose sur un principe simple : mettre l’automatisation marketing à disposition de tous.

Il s’agit de la solution de trigger marketing la plus simple à l’heure actuelle. Il suffit de connecter l’application à sa boutique e-commerce, et de choisir ses scénarios d’automatisation.

Geer.io propose 6 scénarios prêts à l’emploi :

 La relance de paniers abandonnés
 Le welcome pack (email de bienvenue)
 Les anniversaires clients
 La fidélisation de nouveaux clients
 La relance de clients inactifs
 La demande d’avis clients

Ces scénarios sont entièrement personnalisables et adaptables à votre guise.

Une fois vos scénarios configurés, Geer.io fait le travail pour vous. Vous pouvez d’ailleurs suivre les statistiques de vos envois depuis le tableau de bord de l’application, afin de calculer votre rentabilité.

C’est simple, rapide, et rentable.

 

Des webinars pour tout comprendre

Pour vous présenter en détails le fonctionnement de Geer.io et les bonnes pratiques en marketing automation, vous pouvez assister gratuitement aux prochains Webinars qui porteront sur :

♦  La relance de paniers abandonnés : le 17/03/2016
Découvrez 5 astuces pour transformer en commande jusqu’à 15% de vos paniers abandonnés.

♦  5 exemples de campagnes qui marchent à tous les coups : le 06/04/2016
5 types de campagnes automatisées dont vous pouvez vous inspirer pour lancer votre stratégie de Trigger Marketing.

 

alain

Ces Webinars sont entièrement gratuits et seront dispensés par Alain, CEO de Geer.io et expert du domaine de l’e-commerce et de
l’automatisation marketing.

Ils sont adressés à tout e-commerçant souhaitant se lancer dans l’aventure du trigger marketing. Pas besoin de connaissances techniques, il vous suffit d’écouter, et de regarder.

 


 

N’hésitez pas à découvrir Geer.io et ses fonctionnalités par vous-même sur www.geer.io, et commencez à créer des campagnes marketing efficaces 100% automatisées.

[Interview] Comment les Experts emailing peuvent vous aider à développer votre business – avec Juliette, consultante

[Interview] Comment les Experts emailing peuvent vous aider à développer votre business – avec Juliette, consultante

Bonjour à tous, bienvenue dans cette troisième interview Sarbacane, une section dans laquelle je passe la parole à mes collègues et recueille leurs conseils et avis sur des sujets liés de près ou de loin à l’email marketing.

Cette semaine, je suis allé retrouver Juliette, consultante Sarbacane Expert. Juliette m’informe des problématiques récurrentes rencontrées en emailing et m’explique comment elle en vient à trouver des solutions pour ses clients. Un travail de longue haleine…

 

Salut Juliette, peux-tu me présenter rapidement ce qu’est l’offre Sarbacane Expert ?

Bonjour Romain ! Alors, c’est tout simplement un Expert dédié qui vous accompagne tous les mois dans votre stratégie emailing. Nous analysons les campagnes de nos clients, les statistiques, la stratégie, etc. et on les conseille sur les meilleures pratiques à suivre de manière totalement personnalisée. Véritable interlocuteur privilégié, l’Expert aborde différents thèmes de consulting pour améliorer les performances tout en s’inscrivant dans la stratégie marketing globale de l’entreprise.

 

Pourquoi l’intervention de consultants en emailing est-elle nécessaire alors que le web regorge de conseils et de blogs ?

C’est une très bonne question. Effectivement, nous trouvons tous types de conseils et d’astuces sympas sur internet. Par contre, pour celui qui souhaite aller plus loin et réellement optimiser et rentabiliser ses campagnes emailings, il n’existe pas de blog ou de site web à l’heure actuelle qui permette d’analyser les campagnes et la stratégie de l’expéditeur selon son activité etc., de manière personnalisée et donc pertinente.

 

Qui sont les clients qui souscrivent à l’offre Sarbacane Expert ?

Nous n’avons pas de profil type qui se dessine en particulier. Nous avons tout aussi bien des petites structures qui envoient des campagnes à des centaines de contacts que des groupes qui ciblent des centaines de milliers de destinataires. Les secteurs publics et privés sont également bien répartis.

 

Quelles-sont les problématiques les plus souvent rencontrées par tes clients ?

Nos clients recherchent principalement une amélioration visuelle et graphique de leurs campagnes. Il y a également des demandes liées à la délivrabilité des campagnes emailings afin de mieux passer les filtres antispam et d’autres plutôt basées sur la recherche de bonnes pratiques et de repères statistiques permettant de mieux interpréter l’impact des campagnes.

 

Comment procédez-vous, en tant que consultants Sarbacane Expert, pour analyser et comprendre la problématique de vos clients ?

Nous commençons par échanger avec nos clients dans le cadre d’un brief afin de mieux comprendre leurs besoins et leurs habitudes en termes d’emailing. Le but est de vraiment pouvoir orienter les recommandations de manière personnalisée et adaptée aux pratiques réelles de la structure.

Nous passons ensuite à la phase d’analyse où nous étudions les statistiques des campagnes passées (s’il y en a), les paramétrages, la base de données, le contenu et la stratégie. Une fois ce travail réalisé en interne, nous communiquons les résultats de cette analyse au client en lui apportant l’ensemble des recommandations détectées par les experts à travers des modules de consulting tous les mois.

Les bilans trimestriels permettent de pouvoir aller plus loin en analysant par exemple la concurrence à travers un benchmarking, le top/flop des campagnes envoyées, la pression marketing, etc.

 

Penses-tu que l’emailing est un domaine trop souvent pris « à la légère » par les marketeurs aujourd’hui ?

Justement, avec le contenu que l’on peut trouver très facilement sur internet, il y a une prise en considération du domaine de l’emailing beaucoup plus importante qu’il y a quelques années. Mais effectivement, cette prise en compte n’est peut-être pas assez sérieuse étant données les pratiques que l’on observe.

On ne prend pas assez conscience, en règle générale, que tout ce que l’on entreprend en emailing a un impact sur les envois futurs – par exemple : réputation du domaine d’envoi, notion d’engagement des destinataires pris en compte dans les filtres antispam, etc…

 

Quelles sont les pratiques « basiques » les plus souvent ignorées par les marketeurs ?

Alors je dirais déjà tout simplement : la segmentation des actifs/inactifs présents dans leur base de données. Celle-ci a un impact direct sur la rentabilité et les performances des campagnes.

La présence d’un pré-header, le positionnement des call-to-action et la signature sont également des éléments souvent négligés par les marketeurs.

 

A ton avis, pourquoi ?

Le canal de l’e-mailing reste assez récent comparé à d’autres méthodes de communication plus empiriques comme l’affichage, la publicité papier, etc…

C’est donc un domaine que l’on connait souvent moins bien. Il faut vraiment se spécialiser dans ce domaine pour en connaitre tous les tenants et aboutissants.

 

Un conseil d’experte pour nos lecteurs ?

N’hésitez pas à faire appel à des spécialistes pour redonner un élan durable à vos communications emailing. Vos campagnes peuvent vous apporter certainement beaucoup plus que ce que vous espérez aujourd’hui mais vous ne le savez pas encore… 😉

 

Merci beaucoup Juliette ! Le mot de la fin ?

Et bien merci beaucoup à toi pour cet échange Romain. Et quel que soit le client ou ses connaissances en e-mail marketing, nous pouvons l’accompagner, bonne humeur incluse !

 

signature juliette 2

 

Go Top

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici.

×