En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici.

×

Blog Sarbacane

Retrouvez sur le blog les bonnes pratiques de l’emailing, actualités de nos produits et du marché de l’email marketing

Blog Sarbacane

Conseils sur l’email marketing Posts

[Infographie] EMAIL vs SMS : le MATCH !

[Infographie] EMAIL vs SMS : le MATCH !

Pour fêter dignement l’EURO 2016 en France, Sarbacane & Primotexto ont décidé de réaliser une infographie inédite : EMAIL vs SMS : le MATCH !

Découvrez vite les résultats et n’hésitez pas à partager !

Après une rencontre âpre et disputée entre ces 2 ténors du marketing, chaque équipe a su faire valoir ses arguments. Le score de parité révèle une vraie complémentarité entre ces canaux marketing, qui, au-delà de leurs antagonismes historiques, s’avèrent tout aussi efficaces dans des registres de jeu bien différents.

 

Email vs SMS : Le Match by Sarbacane & Primotexto

 

L’équipe EMAIL MARKETING est historiquement réputée pour sa rentabilité à toute épreuve. Avec son rapport coût/performance elle s’avère être le canal indétrônable du marketing direct. Leader incontesté, l’email a également su faire preuve d’une grande mesurabilité et interactivité. Une prestation d’ensemble très honorable pour cette équipe phare, ses statistiques en témoignent :

 

  • 96% des internautes consultent leurs boîtes mail au moins 1 fois par jour
  • En moyenne, 1$ dépensé en emailing rapporte 38$
  • L’emailing est 40 fois plus puissant que Facebook et Twitter réunis
  • 65% des internautes gèrent leurs achats et ventes privées par email
  • En 2015, le taux d’ouverture unique moyen dans le Monde était de 21%

 

Face à elle, la fougue de la jeune équipe SMS MARKETING a fait valoir ses arguments en termes de délivrabilité. Un point fort incontestable, souvent envié mais jamais égalé, qui lui a permis de se hisser parmi l’élite des canaux marketing au fil des saisons. Rapidité, instantanéité et degré de mémorisation caractérisent également son style de jeu, percutant en attaques ciblées.

 

  • 43% des français ont effectué un achat sur internet après réception d’un SMS publicitaire
  • 80% des mobinautes sont intéressés par les SMS de leurs marques favorites
  • Le taux de lecture des SMS se situe entre 92% et 95%
  • 90% des SMS sont lus dans les 10mn
  • 92% de la population possède un mobile

 

À noter que certaines fautes de jeu ont entrainé des avertissements durant la rencontre. L’achat de bases d’adresses non qualifiées en emailing, ainsi que l’envoi de SMS low cost ont entrainé des expulsions immédiates de la part de l’arbitre. Un coaching de qualité de la part d’entraineurs sérieux aurait pu éviter ces incidents regrettables !

 

Pour un compte rendu détaillé du match, n’hésitez pas à contacter les organisateurs de la rencontre


Club des supporters officiel de l’Olympique EMAIL

Essayez gratuitement Sarbacane | contact@sarbacane.com | 0 328 328 040

 

logo

Club des supporters officiel de l’Atlético SMS

Essayez gratuitement Primotexto | contact@primotexto.com | 0 328 328 326

Nouvelle extension disponible : Microsoft Dynamics

Nouvelle extension disponible : Microsoft Dynamics

Il est désormais possible de récupérer les listes de contacts issues de votre compte Microsoft Dynamics directement dans Sarbacane. Vous pouvez alors envoyer des campagnes ciblées en fonction des données entrées dans votre CRM.

 

Encore plus d’interconnexions

Ce nouveau module complètement gratuit vient renforcer les capacités d’interconnexion de Sarbacane.

Après les extensions Prestashop, Magento et WordPress, c’est au tour du CRM Microsoft Dynamics d’obtenir son propre module dans Sarbacane.

Le but est de permettre aux entreprises qui utilisent Microsoft Dynamics pour gérer leurs clients de pouvoir importer toutes les informations les concernant lors de l’envoi de campagne avec Sarbacane, afin de réaliser des ciblages précis.

 

 

Comment ça marche ?

L’extension est extrêmement simple d’utilisation.

Commencez par activer le module depuis l’onglet « Extensions » de Sarbacane, puis entrez simplement les informations relatives à votre compte Microsoft Dynamics, à savoir : l’adresse de votre serveur, votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

microsoft dynamics 1

Une fois cette configuration effectuée, l’extension est activée.

Pour l’utiliser, vous devez créer une nouvelle campagne  et vous rendre dans l’onglet « Destinataires » du menu de création de campagne et sélectionner la liste de votre choix depuis le menu déroulant.

En effet, nous vous conseillons de ne pas créer de nouvelle liste dans Sarbacane car les listes ne sont actualisées qu’au moment de l’import. Vous pourriez alors reprendre par erreur votre liste importée quelques jours auparavant en pensant qu’elle s’est synchronisée avec votre CRM et donc oublier certains contacts.

L’extension va alors importer l’intégralité de vos données dans Sarbacane et vous pourrez envoyer votre campagne.

microsoft dynamics 3

Vous n’avez pas encore téléchargé Sarbacane ? Cliquez ici est essayez gratuitement !

Les 11 statistiques à surveiller en email marketing et leur intérêt pour votre stratégie

Les 11 statistiques à surveiller en email marketing et leur intérêt pour votre stratégie

Mettre en place une stratégie email marketing, ce n’est pas juste créer des emails et les faire partir. Toute la phase d’analyse qui s’en suit est capitale pour comprendre tous les enjeux de l’emailing.

Voici une liste des statistiques indispensables pour votre business et l’intérêt qu’elles peuvent apporter à votre stratégie.

 

1. Taux d’ouverture
2. Taux de clics
3. Taux de désabonnement
4. Taux de NPAI
5. Taux de réactivité
6. Taux de délivrabilité
7. Clics par lien
8. Comportements par destinataire
9. Temps de lecture moyen
10. Types d’OS/Messageries
11. Types de supports

 

LES CLASSIQUES

 

  • Le taux d’ouverture

Le taux d’ouverture correspond comme son nom l’indique au rapport entre le nombre d’emails ouverts par vos destinataires et le nombre d’emails envoyés.

Il existe un taux unique et un taux cumulé. Le taux d’ouverture unique ne prend en compte qu’une ouverture par destinataire, tandis que le taux cumulé additionne les multiples ouvertures qui peuvent être effectuées par l’ensemble de vos contacts.

Un bon taux d’ouverture ? Aux alentours de 20% et plus en taux unique, mais cela varie en fonction du domaine d’activité des destinataires et de la masse d’envoi.

Pourquoi c’est important : Ce taux vous donne notamment une estimation de la qualité de votre objet et de l’efficacité de votre ciblage. Il ne reflète en rien la qualité de votre rédaction ni la pertinence de votre offre ou des articles que vous partagez.

Pour améliorer votre taux d’ouverture, travaillez votre objet, personnalisez l’en-tête de vos emails et affinez au mieux votre ciblage.

Attention, le taux d’ouverture ne peut être comptabilisé qu’à partir du moment où le destinataire affiche les images de ses emails.

 

  • Le taux de clics

Le taux de clics correspond au rapport entre le nombre de clics effectués sur des liens contenus dans votre email et le nombre d’emails envoyés.

Il se calcule en taux unique ou cumulé. Le taux de clics unique représente le nombre de personnes ayant cliqué dans votre email (les cliqueurs), et le taux cumulé indique le nombre total de clics effectués par vos destinataires, tous liens confondus.

Un bon taux de clics ? Aux alentours de 3% et plus en taux unique. Là encore, le secteur d’activité y est pour beaucoup.

Pourquoi c’est important : Le taux de clics vous donnera une idée de la pertinence ou non de vos call-to-action (boutons d’action). Ce sont eux qui sont censés attirer les clics, et leur placement, leur couleur et le texte présent dans le bouton sont autant d’éléments pouvant influencer le nombre de clics.

Améliorez votre taux de clics en optimisant vos CTA et leur placement, mais aussi en partageant du contenu adapté à votre cible : pas trop promotionnel, intéressant pour le lecteur et lui procurant un avantage.

 

  • Le taux de désabonnement

Le taux désabonnement correspond évidemment au rapport en le nombre de destinataires ayant cliqué sur votre lien de désabonnement et le nombre total d’emails envoyés.

Un « bon » taux de désabonnement ? Autour de 0,2%, il doit dans tous les cas rester au-dessous de la barre des 0,7% et bien entendu, plus ce chiffre est petit, mieux c’est.

Pourquoi c’est important : Votre taux de désabonnement mettra en lumière ou non votre capacité à intéresser vos lecteurs mais variera également en fonction de la qualité de votre base.

Un mauvais objet, un expéditeur non identifiable, un ciblage raté ou un envoi sur une base non opt-in accentueront ce chiffre. Soyez « clean » et respectez vos destinataires !

 

  • Le taux de NPAI

Il correspond au rapport entre le nombre d’emails non remis suite à votre envoi (bounces) et le nombre total d’emails envoyés.

Un bon taux de NPAI ? En-dessous des 5% absolument.

Pourquoi c’est important : Si ce taux dépasse les 5%, cela signifie que votre base de destinataires n’est pas propre et que vous devez faire un effort pour l’assainir au maximum.

Il est important de constamment « nettoyer » sa base de données. Des outils tels que Sarbacane permettent d’anticiper les bounces avant l’envoi d’une campagne pour éviter que ce taux n’augmente trop.

 

  • Le taux de réactivité

C’est le rapport entre le nombre de clics dans votre email et le nombre total d’ouvertures de votre emailing.

Un bon taux de réactivité ? Autour de 20%.

Pourquoi c’est important : Le taux de réactivité vous permet de jauger l’efficacité du couple objet/message de votre email. Plus il est élevé, plus cela montre l’intérêt de vos lecteurs pour l’ensemble de votre email. Il démontre également votre qualité rédactionnelle et votre capacité à placer vos boutons d’actions.

Grosso modo, le taux de réactivité est une variable qui évalue la qualité globale de votre emailing, à condition que vos taux de clics et d’ouverture soient corrects.

 

  • Le taux de délivrabilité – ATTENTION

Oui attention. Il y a souvent des confusions sur le sens véritable du terme « délivrabilité ».

Il est souvent confondu avec la notion d’aboutissement qui définit le en pourcentage le taux d’emails acceptés par les messageries des destinataires d’un email. Cet aboutissement se calcule en retirant les erreurs de réception (bouces) au nombre total d’emails envoyés et est aisément calculable.

Mais le taux de délivrabilité, c’est le taux d’emails arrivés en boîte de réception par rapport au nombre d’emails envoyés.

Il n’existe AUCUN moyen fiable pour calculer avec précision ce taux. Si l’on peut connaître l’aboutissement d’un email, il est très compliqué de savoir si celui-ci est arrivé en boîte de réception et non en indésirable.

L’amélioration du taux de délivrabilité est donc compliquée à mettre en place. Je vous invite à lire cette interview très complète de Fayçal, notre expert délivrabilité pour tout savoir.

LES DÉTAILLÉES

 

  • Les liens les plus cliqués

Avec une solution emailing performante, vous pouvez savoir avec précision quels liens ont été les plus cliqués après chaque campagne.

Et pour chaque lien, vous pouvez obtenir le nombre et le taux de clics unique ou cumulé. Le taux de clics unique sur un lien compte le nombre de personnes ayant cliqué au moins une fois dessus quand le taux cumulé vous présente avec détail le nombre de clics total.

Le taux de clics sur vos liens se calcule en faisant le rapport entre le nombre de clics effectués sur un lien et le nombre de clics total.

Pourquoi c’est important : Il vous donne une estimation de la pertinence de la position de chaque lien dans votre message et vous permet de juger du trafic qui a pu se faire sur votre site web suite à votre envoi.

Sarbacane vous permet en plus de tracker vos liens avec votre compte Google Analytics. Ainsi, vous pouvez obtenir des chiffres concrets sur l’impact de vos campagnes emailing sur votre trafic web.

 

  • Les comportements par destinataire 

Toujours à l’aide d’une bonne solution emailing, il est possible d’obtenir pour chaque destinataire son comportement précis vis-à-vis de votre email. Combien de fois il l’a ouvert, les liens qu’il a cliqué et combien de fois, s’il s’est désinscrit ou pas…

Sur un laps de temps suffisamment large, vous pouvez obtenir des statistiques très intéressantes sur votre base de destinataires et en extraire les plus fidèles : ceux qui ouvrent le plus et cliquent le plus.

Pourquoi c’est important : Vous savez qui sont les destinataires les plus intéressés par votre activité. Peut-être devriez-vous leur faire une offre spéciale pour les remercier de leur fidélité ?

A contrario, vous pouvez également savoir qui sont vos destinataires les moins actifs. C’est un bon moyen pour faire le tri dans votre base et l’assainir au maximum.

 

  • Le temps de lecture moyen

C’est une donnée rare et précieuse que seul Sarbacane Desktop est aujourd’hui capable de calculer. Elle est calculée en fonction du temps que passe chaque destinataire sur votre email une fois ouvert.

Les temps de lecture moyens sont répartis en 3 catégories :

  • De 0 à 2 secondes : vos destinataires ne sont pas intéressés par votre email
  • De 3 à 10 secondes : vos destinataires ont lu rapidement votre email
  • Plus de 10 secondes : vos destinataires ont lu votre email avec intérêt

Pourquoi c’est important : cette donnée vous donne une estimation encore plus précise de l’intérêt porté par vos destinataires à l’égard de votre email. Si les ouvertures sont nombreuses, cela ne signifie pas pour autant que l’email a été lu.

Améliorez votre ciblage et proposez du contenu encore plus qualitatif pour vos lecteurs afin d’augmenter le temps de lecture.

 

  • Types d’OS et types de messageries utilisés

Votre solution emailing doit vous proposer ces données.

Elles vous permettent de savoir comment vos destinataires lisent vos emails : sur iOS ? Sur Windows ? Sur Android ?

Vous pouvez aussi connaître les messageries préférées de votre base : sont-ils plutôt Outlook ? Orange ? Laposte ?

Pourquoi c’est important : avec de telles données, vous serez en mesure d’adapter les structures de vos emails en fonction des capacités des boîtes de réception de vos destinataires. Les emails ne s’affichent pas de la même façon sur toutes les boîtes ni sur tous les OS.

Vous comprendrez ainsi l’importance de réaliser des emails adaptés à tous. L’affichage des images ou des GIFs doit également être pris en considération : n’oubliez pas vos attributs ALT et respectez un ratio texte/image équilibré !

 

  • Les supports utilisés

Vos destinataires sont-ils plutôt mobile ou « ordinateur » ? Cette donnée vous permet de savoir si vos destinataires sont de gros utilisateurs de mobile ou pas.

Pourquoi c’est important : vous comprendrez mieux vos destinataires et leurs profils. Si 50% d’entre eux lisent vos emails via un mobile, vous avez tout intérêt à optimiser au maximum la fluidité de la navigation non seulement dans votre email, mais également sur votre site web !

 

Toutes ces statistiques sont récupérables avec une solution emailing puissante comme Sarbacane. Elles vous permettent de réaliser de nombreux ciblages pour vos futurs envois mais également d’améliorer en continu votre stratégie emailing et plus globalement, votre stratégie web.

Fouillez, cherchez et découvrez sans cesse des données toujours plus intéressantes pour mieux comprendre vos destinataires et leur proposer ainsi du contenu encore plus pertinent !

Faire une newsletter : rappel en 12 points

Faire une newsletter : rappel en 12 points

Toutes les deux semaines, nous publions proposons un ou deux articles sur notre blog Emailing.biz sur lequel vous retrouvez des  conseils précis sur la création d’un emailing et ses bonnes pratiques.

Nous avons tenté de résumer ces articles en un large rappel des bonnes pratiques en emailing. Voici 12 points absolument capitaux pour réussir vos newsletters.

 

1. Utiliser une solution emailing professionnelle

Avant de commencer à faire une newsletter, vous devez savoir qu’il est impératif d’utiliser une solution emailing adaptée. Certains restent convaincus que les fonctionnalités d’Outlook ou de Gmail sont largement suffisantes pour envoyer ses campagnes emailing… Sauf qu’on ne fait pas un bon travail sans bon outil.

La création et l’envoi d’emails en masse ne peuvent être gérés que via une plateforme de routage professionnelle et ce, pour beaucoup de raisons :

  • Une meilleure délivrabilité des emails
  • Des serveurs d’envoi sécurisés
  • Des emails esthétiques et agréables à lire
  • Une gestion des désabonnements/NPAI automatisée
  • L’envoi d’emails en grande quantité et la possibilité d’envoyer en différé
  • Des retours statistiques ultra précis
  • Des possibilités de personnalisation poussées
  • Etc…

Toutes ces fonctionnalités ne peuvent être assumées par aucun webmail traditionnel. Et pourtant, cette pratique archaïque est encore fortement utilisée par les petites entreprises sans moyens. Sauf que le prix n’est pas une raison valable : des plateformes d’envoi d’emails gratuites existent sur le marché. Mais si ces acteurs de l’email low-cost peuvent faciliter la tâche des marketeurs peu regardants, la plupart offrent en réalité une qualité de service bien moindre que certaines solutions, certes payantes, mais exponentiellement plus rentables.

Le fait de payer pour envoyer ses emails est en fin de compte une chose normale lorsque l’on voit la puissance de l’emailing et son rendement. Vous n’y croyez pas ? Cela ne marche pas pour vous ? Peut-être n’avez-vous pas toutes les clés en main pour faire une newsletter comme il se doit.

faire une newsletter avec Sarbacane Desktop

 

 

 

2. Avoir une base propre

Obtenir une base de données propre est un travail de longue haleine est extrêmement rébarbatif. Mais qu’entend-on par « propre » ?

Soyons clairs, acheter ou aspirer une base de destinataires sur le web est une solution de facilité qui ne vous aidera en rien. Certes, vous pouvez acheter 1 million d’adresses emails pour  une somme parfois tellement modique qu’on n’y croirait pas. Mais sachez d’avance que ces adresses ne seront JAMAIS qualifiées. Et faire une newsletter avec une base non qualifiée, c’est la perte assurée. Tant que les destinataires ne vous connaissent pas, ils n’attendent rien de vous. Et certaines de ces adresses sont probablement inutilisées depuis longtemps. Leur envoyer vos campagnes est une perte de temps, d’argent et d’image.

Vous devez constituer votre base de données de manière légale à l’aide de jeux concours, de formulaires sur votre site ou sur vos réseaux sociaux, par prospection téléphonique ou tout autre moyen qui laissera au destinataire le choix de s’abonner ou non.

Ce sont ces contacts qui feront de votre base un outil marketing puissant. Et essayez de rassembler le maximum d’information pour chaque personne : nom, prénom, âge, civilité, département… Ces données vous permettront alors de personnaliser vos emails et d’augmenter considérablement vos statistiques et votre chiffre d’affaire. Faire une newsletter commence par là.

faire une newsletter - listes de contacts

 

 

3. Segmenter sa base et cibler sa campagne

Une fois vos contacts proprement acquis, vous devez diviser votre base en autant de profils que possible. Faites en sorte de segmenter vos contacts en fonction de critères utiles pour votre marque. Par exemple, une marque de prêt-à-porter aura besoin de la civilité et de l’âge de la personne pour pouvoir lui envoyer des offres personnalisées.

C’est une étape absolument primordiale et essentielle par laquelle vous devez passer. Et j’insiste car la segmentation et la personnalisation sont aujourd’hui les maîtres-mots de l’email marketing, et qui font toute la différence avec le SPAM.

Chaque campagne envoyée doit être adressée de manière intelligente et réfléchie, à un groupe de destinataires qui sera réceptif au message. Si vous parvenez à fonctionner comme cela pour toutes vos campagnes, je peux vous assurer que vous aurez à chaque fois hâte de faire une newsletter !

 

4. Personnaliser ses emails

Comme je vous le disais, le travail de segmentation vous permettra de pouvoir personnaliser les emails que vous enverrez. Et cela peut se traduire sous plusieurs formes :

  • Indiquer le nom et/ou prénom du destinataire dans l’objet et dans le corps du mail
  • Indiquer sa civilité en début de mail
  • Proposer une offre ciblée
  • Récompenser la fidélité du client
  • Proposer une offre le jour de l’anniversaire du client
  • Inviter un client à une porte ouverte près de chez lui
  • Etc…

Les données à réunir sont assez colossales, mais avec de la persévérance et de la patience, vous pouvez y arriver et vous construire une base de destinataires de qualité qui vous suivra et répondra positivement à vos campagnes.

Vous comprendrez alors que la quantité n’est rien face à la qualité. Et c’est un vrai calcul à faire lorsqu’il s’agit de faire une newsletter. Posséder 50 000 contacts non qualifiés vous coûtera cher en envois et vous rapportera très peu proportionnellement. Au contraire une base de 5 000 destinataires très qualifiés vous coûtera non seulement moins cher, mais vous sera bien plus économique et rentable.

faire une newsletter - objet

faire une newsletter - expediteur

 

5. Personnaliser ses nom et adresse d’expéditeur

La personnalisation en emailing peut également s’opérer dans l’autre sens. A vous de rendre vos emails plus personnels en y apposant le nom d’un vrai collaborateur en tant qu’expéditeur. Vos destinataires recevront alors un email avec par exemple pour intitulé « Romain de VotreEntreprise ». Vos contacts pourront alors mettre un nom sur la personne qui leur envoi des emails, ils l’identifieront rapidement et cela rendra vos envois beaucoup plus personnels.

L’adresse d’expéditeur peut également être modifiée grâce à une solution emailing digne de ce nom vous permettant de faire une newsletter personnalisée. L’avantage ici sera d’éviter les adresses cryptées qui n’inspirent confiance ni aux destinataires, ni aux filtres anti-spam. Une adresse expéditeur personnalisée améliorera votre délivrabilité.

Indiquez en adresse expéditeur le nom de votre entreprise et votre service, et oubliez définitivement les adresses type « no-reply ». Par définition, l’emailing se veut être un échange entre deux interlocuteurs. Vos destinataires doivent avoir la possibilité de vous répondre.

 

6. Convaincre dès l’objet

Si l’adresse expéditeur est le premier élément vérifié par les filtres anti-spam, l’objet est celui que verront en premier lieu vos destinataires. Soyez convaincant tout de suite !

Il n’y a pas vraiment de règle concernant la longueur des objets. La moyenne se situe autour des 60 caractères, mais diffère beaucoup en fonction du secteur d’activité et de la réceptivité du destinataire. En B2B, on remarque que les objets longs sont plus efficaces, contrairement au secteur du B2C.

Le contenu de l’objet doit interpeller le destinataire et l’inciter à ouvrir. Pour cela, utilisez des mots accrocheurs et surtout, essayez de placer de la personnalisation. Les emails contenant le nom ou prénom du destinataire connaissent un taux d’ouverture plus élevé et renforcent la proximité avec les lecteurs.

Les symboles dans les objets sont également appréciés par les marketeurs qui souhaitent faire une newsletter qui sort du lot car ils permettent de ressortir dans le flux de messages qui inondent les boîtes de réception.

N’hésitez pas aussi à jouer sur le suspens ou à poser des questions. En revanche certains mots doivent être évités pour ne pas être considéré comme spammeur auprès des FAI. Globalement, évitez les termes trop publicitaires, trop vendeurs, et tout ce qui pourrait sonner comme une tentative d’arnaque. Mais ce n’est pas dans vos intention, n’est-ce pas ?

 

7. Utiliser le pré-header

Le pré-header est peut-être l’élément le moins connu des marketeurs et il reste aujourd’hui très peu utilisé lorsqu’il s’agit de faire une newsletter. C’est cette phrase qui s’affichera dans l’aperçu de votre email, suivant l’objet dans certaines messageries comme Gmail et sur la plupart des applications email sur mobile.

Le pré-header est souvent utilisé pour insérer un lien vers la copie-web de l’email. Autrement dit, la fameuse mention en début de mail « Afficher cet email dans votre navigateur » peut tout à fait être déplacée pour ne pas apparaître dans l’aperçu.

C’est effectivement la première phrase de votre email qui sera choisie par défaut pour y être affichée. Alors placez tout en haut de votre contenu une phrase résumant votre message ou qui complète l’objet. Celle-ci peut être assez longue car Gmail affiche beaucoup de caractères.

 

8. Trouver la bonne fréquence d’envoi

Vous devez impérativement décider d’une fréquence d’envoi constante. Pour fidéliser une audience, il faut faire une newsletter qui puisse être envoyée de façon régulière. Sachez également qu’il est préférable d’annuler un envoi en cas d’oubli ou de vacances plutôt que de perturber votre rythme habituel.

Concernant ladite fréquence idéale, il n’existe pas de recette magique. Tout dépendra de votre domaine d’activité, même si la majorité des entreprises choisit un envoi mensuel (33% en B2B) ou bimensuel (22%).

L’idée est de ne jamais harceler vos destinataires avec trop d’emails mais ne vous faites oublier en donnant trop rarement de vos nouvelles.

 

9. Varier les contenus

En choisissant votre fréquence d’envoi, assurez-vous que vous aurez suffisamment de choses à dire à chaque fois que vous devrez faire une newsletter. Et si vous pensez que l’emailing sert uniquement à l’envoi d’offres commerciales, vous faites erreur !

L’objectif principal d’une newsletter n’est pas commercial. L’emailing a pour première vocation la fidélisation et la diffusion d’informations. Alors oui, on peut vendre par email. Mais vos abonnés attendent de vous du contenu qualitatif. Prodiguez-leur des conseils liés à votre domaine d’activité, faites-leur découvrir des articles intéressants, parlez de vos actualités, de vos nouveautés…

De plus, les grands événements publics, les fêtes nationales et l’actualité font d’excellents sujets pour vos newsletters. Servez-vous en pour alimenter vos communications : Noël, nouvel an, saint valentin, rentrée scolaire, soldes, 14 Juillet… Tous peuvent vous donner des idées de ton et de contenu. Essayez au maximum de lier ces événements à des offres commerciales !

 

10. Faire une newsletter structurée

Un emailing ne se structure pas à la va-vite. Réfléchissez cette structure de façon à ce que la lecture de l’email guide le lecteur vers la conversion. Vos call-to-actions (boutons d’action) doivent être bien placés et persuasifs : utilisez des verbes d’action à l’impératif et liez-les à des landing pages adaptées.

Le design global se doit d’être épuré et le design doit correspondre à votre image de marque. Placez en haut de l’email l’élément le plus important. En effet, les éléments placés en premier dans un email sont les plus cliqués. Seule une infime portion de vos lecteurs iront lire votre email jusqu’au bout.

N’oubliez pas également de respecter un certain ratio texte/image. On estime qu’un ratio équilibré est de 60% de texte et 40% d’images. C’est un véritable facteur de délivrabilité. Et attention à ne pas intégrer des images trop lourdes sous peine de faire passer votre email directement en spam !

faire une newsletter structurée

 

11. Faire une newsletter responsive design

En 2015 (et même 2016, on y arrive !), vous ne pouvez pas omettre d’adapter vos emails pour une lecture sur mobile. Le responsive design n’est même plus une tendance, mais est aujourd’hui devenu une norme. Si votre newsletter n’est pas lisible correctement sur mobile, vous pouvez estimer perdre presque 20% de vos lecteurs.

Sarbacane Desktop vous permet notamment de créer des newsletters automatiquement adaptées pour une lecture sur mobile grâce à son EmailBuilder.

faire une newsletter responsive design

 

12. Tester avant d’envoyer

Si vous avez bien tout suivi, votre newsletter est maintenant prête à être envoyée. Mais ne gâchez pas tout maintenant ! Envoyez  des tests à vous et vos collègues de travail, sur différentes adresses de messagerie pour vérifier qu’elle s’affiche correctement.

Testez également chaque lien présent dans votre contenu. Si un lecteur clique, c’est qu’il est très intéressé par votre message. Ce serait vraiment dommage qu’il se retrouve sur un lien qui ne fonctionne pas ! Soyez certains que tout fonctionne, pour tous.

 

Voilà, vous avez à présent toutes les cartes en mains pour faire une newsletter efficace et performante. Ces points ne sont que des rappels de bonne pratique. Assurez-vous que vous les respectez tous. Ils constituent en effet les bases d’une newsletter réussie et rentable. A vous de jouer !

[Vidéo] 5 astuces pour optimiser son taux d’ouverture

Découvrez la première vidéo conseils emailing de Sarbacane

Romain vous propose 5 astuces simples et efficaces pour optimiser le taux d’ouverture de votre campagne emailing.

N’hésitez pas à vous abonner à notre chaîne Youtube pour découvrir nos prochaines vidéos conseils et tous nos tutoriels Sarbacane !

Commentez et partagez nos conseils sur les réseaux sociaux !

Go Top

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici.

×