Besoin de plus d'informations ?

Numéro vert
done Votre adresse a bien été enregistrée
close
error_outline Email invalide
close
Essayer gratuitement

Blog Sarbacane

Le blog de l'actualité marketing : retrouvez conseils, bonnes pratiques et nouveautés pour maîtriser votre communication multi-canale.

Blog Sarbacane

Conseils sur l’email marketing Posts

Comment augmenter facilement le nombre d’abonnés dans sa mailing liste

Comment augmenter facilement le nombre d’abonnés dans sa mailing liste

Il suffit parfois de quelques petits détails pour améliorer la conversion d’un site web et multiplier le nombre de vos abonnés.

Dans cet article, je vais vous donner 5 conseils simples mais efficaces pour améliorer dès demain la conversion de votre site internet.

 

1 – Choisir un bonus qui offre un résultat sur une durée limitée

 

L’email de l’internaute a de la valeur, car il sait très bien qu’en donnant son email, il va ensuite recevoir des emails promotionnels.

Il est donc important de proposer un bonus qui offrira suffisamment de valeur à l’internaute pour qu’il accepte de vous laisser son email.

La méthode en B2B est de proposer un bonus qui offre un résultats dans une période donnée ou un bénéfice qui peut être mis en place rapidement.

Voici quelques exemples avec des guides que je propose :

  • 21 jours pour bloguer comme un Pro
  • 6 semaines pour être plus efficace
  • 100 conseils pour réussir sur internet
  • 1 mois pour améliorer votre référencement – 102 conseils
  • 30 minutes pour devenir un Pro du Networking

 

En eCommerce, une bonne astuce est de proposer un bon d’achat, une réduction… en échange d’un email.

Vous pouvez aussi proposer un bonus complémentaire au contenu  de la page consultée:

  • une checklist à télécharger
  • un quizz / audit à remplir
  • une mini formation par email à suivre
  • un mini guide
  • un modèle de document (ex: modèle de cahier des charges, un patron…).
  • un PDF ou un podcast qui complète l’article de blog
  • un guide d’achat

 

Apprenez également à varier les bonus selon la saison, les événements…

Par exemple en réaliser un jeu concours au moment des fêtes, en proposant un bonus lié aux soldes…

 

Important :

  • Ne proposez pas aux internaute de recevoir votre newsletter, la valeur apportée est bien trop faible en échange de l’email.
  • Soignez le visuel de vos bonus, par exemple en utilisant des outils de création de contenu 3D comme PlaceIt.net.

 

2 – Optimiser la conversion des pages les plus vues

Vous aurez des résultats rapidement si vous optimisez pour la conversion vos pages les plus vues de votre site internet.

Souvent ce sont les pages “tarifs”, “à propos”, “contact”…

Pour cela dirigez vous dans Google Analytics, puis dans “Comportement” et “Toutes les pages” :

Vous devrez alors mettre en avant votre bonus :

  • Via des liens dans le texte pour proposer d’aller sur une autre page.
  • Via une pop-up qui apparait au bout de X secondes
  • Via un formulaire au milieu du texte
  • Via un visuel à la fin de la page

 

3 – Améliorer les visuels des formulaires

De petits changements peuvent avoir un gros impact, voici par exemple deux visuels que j’ai testé sur mon blog ConseilsMarketing.com, la différence de conversion a été de -38% entre les deux… quasiment 50% de prospects en moins !

Vous pouvez aussi optimiser :

  • L’accroche de votre pop-up
  • Les bénéfices pour lesquels souscrire
  • Le bouton d’appel à l’action (texte, couleur…)
  • Le nombre de champs à remplir

 

De même, si vous avez un formulaire avec plusieurs champs, mettez en premier l’email afin d’avoir au minimum cette information obligatoire remplie.

Pour cela vous pouvez utiliser des outils de création de pop-ups comme :

 

La plupart des ces outils coûtent une dizaine d’euros par mois, et peuvent multiplier par deux la conversion de votre site web.

Ils proposent en plus des systèmes d’AB testing qui vous permettent de tester en quelques clics deux variantes d’une même pop-up et ensuite de choisir le gagnant :

Ces outils proposent également des formats de formulaires particulièrement innovants et visibles.

En particulier je vous conseille :

  • Le sticky Ribbon qui s’affiche en haut du site
  • La lightbox qui apparait au milieu de l’écran au bout de X secondes
  • Le “content lock” qui affiche le reste d’un contenu en échange du remplissage d’un formulaire
  • Le “scroll mat” qui apparaît automatiquement au chargement de la page

L’objectif est de proposer sur toutes les pages de votre site internet un formulaire, voire plusieurs (sous plusieurs formes), afin d’avoir un maximum de visibilité et améliorer votre conversion.

 

4 – Pensez acquisition d’emails multicanaux

Le site internet n’est pas le seul moyen d’aller récupérer des emails de prospects.

Vous devez mettre en avant vos bonus sur différents canaux, en les renvoyant vers votre site internet principal :

  • Signature d’email avec un lien et un visuel vers votre dernier guide ou bonus. Vous pouvez par exemple utiliser l’outil de création de signature personnalisée d’Hubspot sur ce lien https://www.hubspot.com/email-signature-generator
  • Relais du livre blanc sur Linkedin, Twitter, Facebook, Google Plus, Google My Business… Par exemple en épinglant votre bonus en premier sur Facebook & Twitter. Cela peut être aussi un bouton “S’abonner” sur Facebook, ou encore une photo de couverture (en utilisant par exemple Canva.com).
  • Diffusez votre visuel et les graphiques de votre contenu gratuit sur Pinterest & Instagram
  • Publicité au CPC sur Adwords, Facebook Ads, Twitter Ads… pour récupérer rapidement des abonnés via de la publicité ultra ciblée.
  • Diffusez un message automatique de bienvenue qui met en avant votre bonus sur le votre chat de votre site web
  • Message envoyés par votre Chatbot sur Facebook (ex: envoyer un lien vers un livre blanc ou ajouter un champ email dans ManyChat…)
  • Les pages 404 erreur de votre site web
  • Invitation à un web séminaire
  • Liens dans vos vidéo Youtube et visibilité à la fin des clip vidéo
  • Informations à la fin des présentations Powerpoint que vous mettez sur Slideshare
  • Proposez un abonnement à la newsletter dans les commentaires de votre blog
  • Imposez la saisie d’un email dans les questions à répondre pour s’inscrire à un Groupe Facebook

 

C’est l’accumulation de l’ensemble de ces espaces qui feront que vous allez petit à petit augmenter votre nombre d’abonnés.

 

5 – Repenser votre page d’Accueil pour capturer les emails

La page d’accueil n’est généralement pas la page la plus vue du site internet, mais c’est l’une des 5 premières en termes de trafic… cela serait dommage que cette page ne soit pas optimisée pour générer le maximum de contacts.

Surtout que c’est un page où vont les visiteurs les plus intéressés par vos offres (ils ont vu une information, une page… et donc ils remontent à la source).

C’est pour cela qu’il est très intéressant de l’optimiser pour en faire une landing page optimisée pour capturer des emails.

Vous devez considérer votre page d’accueil comme une landing page, avec un appel à l’action, qui peut être de donner son email :

Voici un exemple français avec Rudy Viard de WebMarketing-Conseil.fr :

 

En conclusion

Il ne vous reste plus qu’à choisir parmi ces 5 conseils celui que vous devrez mettre en place en priorité sur votre site internet, et vous verrez rapidement les résultats de vos efforts.

Cependant, avant de vous lancer, n’oubliez pas d’analyser votre tunnel des ventes afin de voir où agir en priorité.

En effet, souvent la tentation est d’essayer d’aller générer toujours plus de prospects, alors que le problème n’est pas forcément d’avoir plus de prospects, mais d’améliorer la conversion, la retention…

Pour cela vous pouvez utiliser le Tunnel AARRR qui est très utilisé en Growth Hacking pour savoir où concentrer ses efforts, comme je le présente dans mon livre “Le Growth Hacking” :

Vous devez analyser à chaque étape du tunnel si les résultats sont conformes à vos attentes, où si au contraire il y a un problème.

 

Par exemple dans le tunnel ci dessous, vous pourrez voir que le principal problème n’est pas la conversion des visiteurs du site web, mais plutôt l’ouverture des messages de marketing automation (seulement 8,3% d’ouverture pour le second message), et uniquement 2 messages pré-programmés.  

 

A propos de l’auteur

Frédéric Canevet est Product Manager chez Eloquant.com (éditeur de solutions relation client), Blogueur & Consultant sur ConseilsMarketing.com, et auteur du livre « Le Growth Hacking » paru chez Dunod (voir http://amzn.to/2CSExRr).

6 étapes pour une campagne e-mailing efficace

6 étapes pour une campagne e-mailing efficace

Avec l’essor des réseaux sociaux, la hausse de la création de site internet et de nouvelles techniques d’acquisition, l’emailing reste une des techniques marketing les plus performantes, encore aujourd’hui. L’emailing existe depuis près de 15 ans et des bonnes pratiques se sont établies.

Nous avons réuni pour vous à travers cet article, les 6 étapes essentielles pour réussir une campagne emailing efficace à appliquer dès aujourd’hui avec des exemples concrets.

Nous allons vous prendre 10 minutes de concentration.

C’est parti !

 

Un e-mailing doit avoir un seul objectif pour être performant

Ce premier conseil paraît être une évidence et banal mais c’est le meilleur conseil que nous pouvons vous donner aujourd’hui. On pense toujours  à rédiger le contenu de l’email ou le sujet de son email mais nous oublions souvent le principal : l’objectif.

Définir un seul objectif pour votre campagne d’emailing est la clé pour la réussite de votre action marketing. Cet objectif va déterminer l’ensemble de votre email : l’objet, le texte de votre email, le Call to Action.

Un email qui ne performe pas bien s’explique en général par le fait qu’il y avait plusieurs objectifs de départ. En conséquence, un texte peu clair avec plusieurs liens ou boutons d’actions.

Un seul objectif permet également de simplement mesurer les performances de votre campagne emailing et de pouvoir faire des tests A/B.

Exemples d’objectifs d’emails :

  • Annoncer le début des soldes
  • Faire découvrir un nouveau prix
  • Demander un retour d’expérience à vos clients

 

Un conseil, rédigez votre objectif en premier. Ensuite à chaque étape suivante, référez vous à cet objectif.

 

Un objet d’email court et simple

Le sujet, l’objet de votre email ou également le titre doit correspondre à ce que vous voyez en premier dans votre boîte de réception.

C’est la porte d’entrée à votre email. On reçoit en moyenne 88 emails par jour au travail, soit 10 mails par heure. Votre email peut voir le meilleur contenu du monde, si votre titre n’est pas compréhensible et lisible au premier coup d’œil, vous pouvez rapidement tomber dans la trappe des emails non lus, être supprimé ou pire, partir dans la catégorie SPAM.

 

Voici les 6 meilleurs conseils et erreurs à éviter pour rédiger un titre d’email irrésistible:

  • Un titre court et simple (essayez de vous envoyer votre email pour voir si le titre est lisible en termes de nombre de mots)
  • Personnalisez avec le prénom ou le nom du destinataire
  • Exprimez le bénéfice à ouvrir votre email
  • Utilisez une seule majuscule au début de votre email
  • Ajoutez un émoticône peut booster l’ouverture
  • Ne pas mettre de mots clés utilisés par les emails de SPAM:

 

Ce sont bien évidemment des exemples mais vous avez sans doute dû recevoir beaucoup de mails SPAM, évitez d’utiliser ces techniques qui sont bannies par les services de messageries. Ces listes de techniques et de mots clés sont régulièrement mises à jour par Gmail ou Yahoo.

Félicitations, votre destinataire a ouvert son email, place au contenu.

 

Humanisez et personnalisez au maximum votre email

Les emails qui fonctionnent le mieux sont souvent les plus simples, comme ceux que vous envoyez personnellement.

La personnalisation contribue fortement à la performance de votre email. Si vous avez le nom et/ou le prénom de votre destinataire, pensez à le mettre en tête du contenu texte de votre email.

Le design doit être le plus sobre possible, avec peu de couleurs. Les campagnes e-mailings flashy ou exubérantes sont souvent considérées comme promotionnelles par les internautes.

Rédigez comme si vous écriviez à quelqu’un ! Le format texte fonctionne le mieux.

Vous pouvez donc rédiger vos e-mails à la première personne comme si vous écriviez à votre famille ou vos amis.

N’oubliez pas de signer en votre propre nom et évitez de signer par un nom d’entreprise ou de département générique (L’équipe Marketing par exemple).

 

Un seul bouton d’action pour un seul objectif

Si vous avez jusqu’ici suivi nos conseils votre bouton d’action va être simple à déterminer. C’est l’action principale de votre email qui va renvoyer votre internaute sur une page de votre site web ou le pousser à vous appeler ou le renvoyer vers un formulaire par exemple.

Le contenu texte que vous aurez rédigé devra mener naturellement vers ce lien d’action qui peut se représenter graphiquement par un lien cliquable ou par un bouton.

Si vous optez pour un email graphique, le bouton d’action également appelé “Call To Action” doit être visible et lisible rapidement avec une couleur contrastée par rapport au reste du contenu. En conséquence, préférez un fond de couleur claire pour votre email pour une lisibilité optimale.

Le Call to Action doit avoir un verbe d’action et être court et simple, encore une fois :

  • Je participe
  • S’inscrire
  • Acheter maintenant
  • J’en profite

 

Nettoyez vos listes d’emails avant d’envoyer vos campagnes

Vous avez dorénavant l’ensemble des éléments en main, à ce moment précis, pour réussir votre campagne e-mailing. Il vous reste à déterminer les destinataires.  

Votre liste d’envoi doit être régulièrement mise à jour, rien de pire que d’écrire à quelqu’un qui ne souhaite pas recevoir votre e-mail !

Un des conseils à appliquer dès aujourd’hui est de mettre en avant votre lien ou bouton de désinscription. On a tendance à vouloir à le mettre en petit en bas de l’email, presque caché : C’est une réelle erreur.  

Si votre destinataire ne souhaite vraiment pas recevoir d’emails de votre part, il faut lui faciliter la désinscription, sinon vous risquez de finir par être classé … “ SPAM “.

 

Testez, testez et continuez

Avant d’envoyer une campagne d’emailing massive, testez, testez, testez !

N’hésitez pas à vous faire relire par quelqu’un d’autre, il est très compliqué de se relire soi-même.

Vous pouvez aussi bien prendre un échantillon de votre liste, changer un élément dans votre e-mail et regarder ce qui marche le mieux.

Réalisez ces tests AB sur les objets d’email ou sur les call to action et en fonction des performances, déterminez votre vainqueur.

 

Conclusion

Malgré l’essor des réseaux sociaux, l’emailing reste encore aujourd’hui l’une des meilleures actions de webmarketing.

La recherche de l’email de n’importe qui sur Internet est devenue de plus en plus simple, ce qui permet aujourd’hui de transformer un simple message en outil de développement d’entreprise.

Appliquez les bonnes pratiques mentionnées ci-dessus et testez encore et toujours.

A vous de jouer.

 

Article rédigé par Tsifei Chan

Co-fondateur Orson.io

Le Guide Ultime pour une Newsletter bien Pourrie : 11 Astuces 100% Efficaces

Le Guide Ultime pour une Newsletter bien Pourrie : 11 Astuces 100% Efficaces

Dans la série des choses à ne pas faire, on vous a déjà servi sur Emailing.biz les pires objets en emailing et les 20 erreurs à éviter. Cette fois on va plus loin et on lance notre petit guide du routard de la newsletter pourrie, ratée, inefficace au possible… bref, un vrai tuto pour ceux qui aiment foirer leur marketing et se complaire dans la nullité. Promis, on ne tape sur personne !

 

La célèbre newsletter full-image

Pire Astuce Emailing n°1 : créez une newsletter composée d’une seule image, c'est plus simple Click To Tweet

good job

D’accord, c’est loin d’être la première fois que l’on en parle et on n’est loin d’être les seuls à en avoir fait un article.

Et pourtant ça continue…

Des newsletters entièrement composées d’images, on en voit encore à la pelle. Et franchement, on ne comprend pas.

La newsletter full-image, c’est le cancer de l’emailing.

Combien de fois faudra-t-il rappeler que les services de messageries n’affichent pas toujours les images par défaut ?

Et ce n’est pas comme si cette erreur était réservée aux PME, aux indépendants ou aux business sans service web, non. Tout le monde la fait ! Et les « grosses » entreprises souvent plus que les autres.

N’oubliez pas que si votre email n’est composé que d’images, vous risquez non seulement d’atterrir en SPAM à cause du poids du message, mais également de ne pas être lu correctement sur certaines messageries.

D’autre part, une newsletter n’étant composée que d’une seule image aura un rendu désastreux sur un mobile.

Une image ne peut pas s’auto-adapter et arranger les éléments qui la composent en fonction du support de lecture.

Bref, si vous créez vos newsletters sur Photoshop ou InDesign parce que vous vous sentez plus libre dans votre création (si artistique soit-elle…), oubliez.

Utilisez un Builder adapté qui adaptera vos contenus selon le support de lecture, qui fera de vos textes de véritables textes encodés en HTML, qui vous fera des jolis boutons d’action, etc.

En plus vous n’avez pas d’excuses. Avec les solutions emailing qu’il existe aujourd’hui et les Builder proposés, c’est devenu très simple de faire un bel email en HTML.

Images de fond, structure en colonnes, boutons de partage, intégration de GIFs, superposition de texte… Ne venez pas dire que vous vous sentez limités !

Enfin c’est pour votre bien que l’on vous dit ça. Si vous voulez que vos campagnes arrivent en boîte de réception, commencez par arrêter avec le full-image.

 

Le fameux objet sans intérêt

Pire Astuce Emailing n°2 : soyez le plus vague possible pour entretenir le mystère Click To Tweet

objet newsletter

Bon on a commencé doucement mais ne soyez pas en reste, on continue.

Ca aussi on aime bien. L’objet d’email dont tout le monde se fiche complètement.

Bien sûr, la réussite d’un objet n’est pas une science exacte. Certains fonctionnent mieux que d’autres pour des raisons parfois floues ou pour des détails mineurs.

D’ailleurs, rien de mieux qu’un Split Test pour trouver l’objet qui marche si vous hésitez.

Mais ce n’est pas de ça dont il est question, non. Ici on parle bel et bien d’objet sans le moindre intérêt pour le lecteur. Et vous savez tous que susciter l’intérêt est le principal…. INTERÊT d’un objet.

 

Alors petite liste non exhaustive des objets dont tout le monde se fout royalement :

  • « Newsletter n°543 » : Mmmh, mais encore ? C’est comme si vous passiez devant un restaurant et que la carte vous disait « Ici on fait à manger. On a des entrées, des plats et des desserts. ». Ouah.
  • « Bonjour » : …
  • « Découvrez nos nouveautés » : Non, là j’ai autre chose à faire, je suis pressé. J’ai 2443 e-mails qui m’attendent et celui du dessous me tente plus : apparemment mon cadeau m’attend car je suis le millionième visiteur de leur site, super !
  • « Vite, vite, ouvrez cet email » : Vite, vite, je te balance à la corbeille car je suis un peu rebelle et que je n’aime pas quand un email me donne des ordres.

Grosso-modo, tout objet vague, qui ne promet rien ou qui ne fait pas un peu de teasing a peu de chance d’être ouvert. S’il vous plaît, essayez de susciter l’intérêt de vos lecteurs…

Pour une liste plus complète des pires objets en emailing, vous pouvez consulter notre fabuleux article 15 objets trop vus à ne jamais utiliser dans vos emailings. Et certains devraient d’ailleurs l’épingler sur le frigo de la cafet’ ou en faire un immense poster à accrocher à l’entrée du bureau.

 

La triomphale newsletter sortie de nulle part

Pire Astuce Emailing n°3 : un max de contacts, un max de portée. Envoyez à tout le monde Click To Tweet

newsletter opt out

Alors celui-là on l’aime bien.

Vous savez, c’est cette newsletter que vous commencez soudainement à recevoir d’un expéditeur inconnu !

Alors entendons-nous bien : en B2B, c’est courant de recevoir des emails de prospection de la part d’une entreprise. Et souvent après une ou deux relances sans réponse de votre part, on vous laisse tranquille.

Mais ici on parle bien d’une newsletter qui, tranquillement, va commencer à arriver dans votre boîte de réception de manière régulière.

Et ce sans que vous n’ayez rien demandé bien sûr. Sinon c’est pas drôle.

Donc pour rappel (parce qu’apparemment il faut le rappeler), il est interdit (interdit ça veut dire qu’on n’a pas le droit), d’inscrire d’office des contacts à votre newsletter. Et encore moins des particuliers !

En B2C, la règle est simple : si le contact ne vous connait pas, ne lui envoyez rien. Rien du tout.

Vous pourriez recevoir des plaintes et vous retrouver blacklisté(e) très rapidement.

 

L’indétrônable design du chaos

Pire Astuce Emailing n°4 : perdez pas de temps sur le design. Ce qui compte, c’est le message Click To Tweet

design newsletter

Oui bon d’accord l’esthétique c’est subjectif… Ok !

Mais soyons honnêtes. Quand quelque chose est moche, il faut le dire.

Quand ça a l’air d’avoir été fait par un enfant, il faut le dire aussi.

Vous direz que c’est bien facile de juger et qu’à partir de là tout le monde peut se lâcher. Mais ce n’est pas qu’une question de goût, non. C’est une question de bon sens.

  • Le Comic Sans MS : c’est non.
  • Ecrire en jaune sur un fond rouge : c’est niet.
  • Ecrire en vert sur fond bleu : voir ci-dessus.
  • Les images déformées et étirées : impensable.
  • Avoir plus de 3 polices d’écriture différentes : non !
  • Utiliser des images de mauvaise qualité et pixelisées : arrêtez…
  • Mettre des couleurs différentes partout : STOP.
  • Oublier les boutons d’action : je vais m’énerver là.

Un bon design n’est pas forcément « beau ». Il est adapté pour une lecture facile et rapide. L’expérience utilisateur doit primer sur le reste.

Pour vous aider (parce qu’on est quand même sympa), vous pouvez utiliser l’outil Adobe Color pour trouver les couleurs du moment qui vont bien ensemble.

 

La légendaire adresse « no-reply »

Pire Astuce Emailing n°5 : utilisez une adresse de réponse no-reply pour éviter trop de retours Click To Tweet

no reply newsletter

C’est un peu comme pour la newsletter full-image. On en a déjà tellement parlé qu’on se dit que c’est bon, les gens ont compris.

Et puis on ouvre sa boîte mail et comme chaque matin, surprise : encore un no-reply. Y avait longtemps.

Vous savez, c’est ce fameux email envoyé par « no-reply@societe.com » dans lequel il est écrit « Ceci est un email automatique, merci de ne pas répondre ».

Non mais qu’est-ce que c’est que ces manières ? DIS DONC ?

La base de l’emailing c’est pas justement de créer un échange ?

Spoiler : si.

Et pas d’excuses du genre « Oui mais c’est un email automatique donc c’est normal de mettre une adresse de réponse inexistante ». Non !

Quel que soit l’email que vous envoyez, assurez-vous d’utiliser une adresse de réponse fonctionnelle, de lire les réponses et de répondre aux questions.

Et enfin, si évident que cela puisse paraître, ne précisez pas à votre contact de ne pas vous répondre. Ça ne se fait pas, tout simplement.

Mais le pire dans cette histoire c’est que ce sont souvent de très grosses entreprises qui font cette erreur. Et très souvent !

Quoi qu’il en soit, c’est terminé. Répondez à vos destinataires, ils le méritent.

 

L’historique lien de désabonnement perdu

Pire Astuce Emailing n°6 : ne mettez pas de lien de désabonnement pour ne pas perdre d’inscrits Click To Tweet

lien désabonnement newsletter

Alors là on arrive à un niveau de je-m’en-foutisme assez dingue.

Quand on en arrive à devoir entreprendre des fouilles archéologiques pour trouver comment se désinscrire d’une newsletter, c’est qu’il y a un problème.

Non seulement ce lien ne doit pas être caché, mais surtout, il doit être présent !

Et là ce n’est même plus une erreur tolérable. C’est une infraction à la loi, tout simplement.

Pour résumer :

  • Ne cachez pas votre lien de désinscription dans les tréfonds de votre footer, écrit en taille 6 en gris clair sur fond blanc. Soyez honnête. Si quelqu’un veut se désabonner de votre base, laissez-le partir, vous y gagnerez quoi qu’il arrive.
  • N’omettez pas de placer ce lien de désabonnement. C’est obligatoire et non-négociable, point. Et à ceux qui font semblant d’oublier, personne ne vous croit !

 

L’immortel pré-header oublié

Pire Astuce Emailing n°7 : placez la copie-web tout en haut de votre email, c’est capital Click To Tweet

pre header newsletter

Une énième erreur qu’on voit partout.

Mais pour celle-ci, tentons d’être un peu indulgent.

Souvent, on pense que la copie-web (page miroir) doit apparaître en tout premier, en haut de la newsletter. Pourquoi ? Parce que tout le monde fait ça voyons !

En vérité, c’est le pré-header qui doit se trouver en tête de votre newsletter.

Alors j’en vois venir certains : « C’est quoi le pré-header ? »

C’est très simple : il s’agit de la toute première phrase de votre email, qui va se situer tout en haut, avant quelque élément que ce soit.

Il est surtout utile sur mobile ou sur Gmail car c’est une phrase qui va se placer sous l’objet dans la boîte de réception de vos destinataires, avant même qu’ils l’ouvrent.

Du coup, c’est un peu comme un deuxième objet.

Vous l’avez ?

Alors oui, la copie-web se place traditionnellement en haut de l’email car c’est là qu’on va la chercher spontanément, mais avant ça, n’oubliez pas le pré-header qui pourrait booster vos taux d’ouverture.

Aller, en cadeau on vous met un petit lien vers un article qui vous explique tout à ce sujet : Exploitez le pré-header de vos emailings pour doper vos taux d’ouverture.

 

L’éminente faute d’orthographe de CP

Pire Astuce Emailing n°8 : pas besoin de tout relire on n'a pas le temps, envoyez Click To Tweet

relecture emailing

Mais oui de toute façon tout le monde sait que l’orthographe en 2017 ça n’intéresse plus personne. Aujourd’hui c’est « cool » d’écrire en SMS et de soulager les mots de quelques lettres pour gagner du temps et puis bon, tant qu’on comprend…

Ok. Ok pour envoyer des emails style SMS à vos copains ou à votre famille pourquoi pas, ça vous regarde.

Mais l’emailing, même si ça va en surprendre plus d’un, c’est du sérieux.

Si vous ne prenez même pas la peine de vous relire, ne prenez pas la peine de faire des campagnes.

Et ce n’est pas juste un coup de gueule pour dire de. Tous les jours, on reçoit des newsletters avec de belles fautes d’orthographe dignes d’un enfant qui n’a pas compris la différence entre infinitif et passé composé.

Les « é » qui deviennent « er », les accents qui disparaissent, les conjugaisons inexistantes, les mots manquants… tout y passe.

Alors oui, faire des fautes ça arrive à tout le monde.

Mais si vous ne vous relisez pas et que vous ne faites pas relire votre newsletter à vos collègues, vous n’avez pas d’excuse. Relisez-vous !

 

L’époustouflante newsletter envoyée en 5 minutes

Pire Astuce Emailing n°9 : n'y passez pas trop de temps, faites vite pour rentabiliser Click To Tweet

C’est un malheureux constat mais beaucoup d’entreprises, surtout des TPE/PME, considèrent que la newsletter est un élément négligeable de leur stratégie marketing.

Dans ce cas, pourquoi en faire une ?

L’envoi de newsletters doit être le fruit d’une véritable réflexion stratégique. Ce n’est pas un jeu marketing ni une option que l’on peut choisir de négliger.

Vous voulez envoyer des emails ? Assumez votre choix alors.

Une newsletter ça se travaille, et ça prend du temps contrairement à ce que beaucoup semblent penser.

Mais visiblement pour certains il suffit de mettre 2-3 images et un peu de texte pour envoyer un email à des milliers de contacts.

Malheureusement, ce n’est pas comme cela que ça marche.

Non seulement vous payez des envois pour des résultats forcément faibles, mais vous passez pour un amateur auprès de vos destinataires. Parce que oui, ça se voit quand une newsletter est faite à l’arrache.

Donc soit vous faites l’effort de créer des newsletters dignes de ce nom, soit vous arrêtez de penser que vous êtes un bon marketeur. Si vous voulez rentabiliser vos emails, prenez votre temps.

 

 

L’illustre email de 12 kilomètres

Pire Astuce Emailing n°10 : mettez un max d'infos dans votre email pour tout dire d'un coup Click To Tweet

newsletter longueur

Evidemment, ça coule de source n’est-ce pas ? Plus on en met, plus on peut faire passer d’infos, de messages, de promos, etc.

Evidemment…

Il y en a qui doivent avoir du mal à se mettre à la place de leurs lecteurs.

Réfléchissez. Si on doit srcoller sur quinze bornes pour trouver une info intéressante ou un bouton d’action, c’est qu’il y a un problème.

Trop d’informations tue l’information.

Arrêtez de noyer vos destinataires dans des kilomètres de textes et d’images. On pense surtout aux marques de prêt-à-porter qui se croient sur leur site web en mettant les photos et les prix de toute leur collection été dans… UN EMAIL.

Une newsletter doit être focalisée sur un sujet précis. Pourquoi pas ajouter des petites sections à droite à gauche pour donner du contenu mais à partir d’un certain stade il faut savoir s’arrêter !

Faites simple, allez droit au but, et arrêtez de vouloir intégrer tout votre site dans un email.

 

Le superbe envoi massif à tout le monde

Pire Astuce Emailing n°11 : envoyez vos emails à tous vos destinataires pour une portée maximale Click To Tweet

envoi email masse

Pour ce grand final de notre guide de la newsletter pourrie, parlons ciblage et personnalisation.

Le meilleur pour la fin.

La crème de la crème de la stratégie emailing du wannabe marketeur.

On a vérifié le calendrier pour être sûr et apparemment, aux dernières nouvelles, on est en 2017. Mais apparemment on n’est pas tous calés sur les mêmes dates.

Gardez ça pour vous, mais on en connaît pas mal qui sont dépassés en matière d’emailing. Des vieux de la vieille, des dinosaures de la com, des traditionnalistes.

Visiblement pour ceux-là, le ciblage et la personnalisation des emails, c’est un truc « moderne ». Vaut mieux envoyer à tout le monde et basta.

Newsletters, emails commerciaux, offres spéciales… Peu importe le thème. Une base d’emails suffit !

De toute façon c’est plus simple et plus rapide comme ça. Et puis si ça mord pas, on renvoie, on rachète une base, bref, on bombarde.

Excellente stratégie n’est-ce pas ?

Bon, arrêtons de rigoler. Franchement, quoi de pire que d’envoyer des messages à tout va sans réfléchir ?

Si vous êtes un adepte de l’envoi d’emails dans tous les sens, vous perdez votre temps, votre argent, vous ruinez votre réputation, vous détériorez votre délivrabilité, et vous décrédibilisez le métier.

Aujourd’hui, le maître mot de l’emailing c’est la personnalisation.

Cela signifie deux choses : envoyer au bon moment, et à la bonne personne.

Comment ça marche ?

Première chose à faire : une collecte d’emails saine et qualifiante. Vous avez besoin des coordonnées de vos contacts et de leur approbation pour leur envoyer des messages.

Pour cela, vous devez utiliser des formulaires d’inscription et demander les informations dont vous avez besoin pour segmenter vos bases correctement.

Nous ne rentrerons pas ici dans le détail de la segmentation de bases de données, mais si vous voulez plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter notre article Comment segmenter votre base de destinataires.

Ce travail de collecte puis de segmentation va vous permettre d’affiner votre audience et donc de cibler avec précision vos envois.

C’est ça le mot clé : cibler.

Un contenu adapté à son destinataire est forcément plus pertinent et plus efficace.

N’envoyez pas une newsletter pour promouvoir votre nouvelle collection de jupes à toute votre base. Ne l’envoyez qu’aux femmes !

Enfin, le ciblage doit être couplé à une approche de personnalisation.

Ajoutez à vos objets et contenus le nom, prénom, civilité, adresse ou même le montant de la dernière commande de votre client pour rendre votre email plus personnel.

Et devinez quoi ? C’est devenu une norme. Personnaliser un email c’est normal aujourd’hui. C’est même évident.

Alors faites un effort, qualifiez vos bases, envoyez des messages précis et soyez proches de vos destinataires.

27 Statistiques Emailing B2B & B2C à Connaître en 2017

27 Statistiques Emailing B2B & B2C à Connaître en 2017

Le SNCD propose comme chaque année une étude du marché de l’emailing et du comportement de ses utilisateurs sur l’année 2017. De nombreuses statistiques intéressantes y sont proposées et nous avons répertorié les plus pertinentes nous concernant.

Notre résumé se découpe en 2 parties : les chiffres B2B et B2C. Toutes les données présentées dans cet article sont issues des études EMA B2C & B2B réalisées par le SNCD.

 

Les chiffres emailing B2B 2017

Cette partie recense les principales données concernant l’envoi et la réception d’emailings publicitaires dans le monde professionnel.

 

  • Nombre d’emails envoyés

Le nombre d’emails reçus en B2B a augmenté depuis 2016 en passant de 43 emails en moyenne à 49 en 2017.

Le nombre d’emails publicitaires reçus en B2B a augmenté : 13 emails publicitaires en moyenne en 2017 contre 10 en 2016.

51% des professionnels FR reçoivent plus de 10 e-mails publicitaires par jour sur leur boîte pro. Click To Tweet

 

  • Supports de lecture

97% des professionnels se connectent à leur messagerie pro depuis un ordinateur, 56% depuis un mobile et 17% depuis une tablette.

L’utilisation du smartphone pour ouvrir sa messagerie professionnelle a lieu principalement le matin entre 7h et 9h et le soir après 19h.

 

  • Motifs d’ouverture

En B2B, 82% des professionnels pensent que la connaissance de l’expéditeur est le facteur déterminant pour justifier l’ouverture d’un email. En 2016, ils considéraient à 88% que la pertinence de l’objet était le facteur le plus déterminant.

En B2B, 65% des professionnels pensent que l’heure de réception d’un email publicitaire est le facteur le moins déterminant pour justifier l’ouverture.

Les 3 raisons principales qui justifient l’ouverture d’un email publicitaire en B2B sont : s’informer, faire de la veille concurrentielle et découvrir des nouveautés.

 

  • Comportement d’achat B2B

61% des professionnels déclarent se rendre de temps en temps sur le site de l’expéditeur d’un email promotionnel.

54% des professionnels déclarent de jamais passer commande suite à la réception d’un email promotionnel.

45% déclarent déjà avoir acheté suite à un email publicitaire à titre professionnel.

 

  • Quelques chiffres supplémentaires

51% des professionnels déclarent recevoir un appel téléphonique suite à un email publicitaire et 93% disent ne pas aimer cela.

Les emailings commerciaux sont considérés comme le moyen de communication digital le moins intrusif par les professionnels.

 

Les chiffres emailing B2C 2017

Les statistiques suivantes présentent les habitudes, le comportement et l’avis des particuliers vis-à-vis de l’e-mail en général, de l’emailing publicitaire et des newsletters.

 

  • Nombre d’adresses e-mail

98% des internautes français possèdent une adresse e-mail.

En moyenne, l’internaute français possède 2,2 adresses e-mail.

Gmail est le fournisseur de messagerie le plus répandu en France en 2017 (56%). Click To Tweet

 

  • Newsletter responsive

72% des internautes français utilisent un smartphone ou une tablette régulièrement (+53% par rapport à 2014).

31% des utilisateurs de smartphones déclarent que les newsletters qu’ils reçoivent sur leur mobile s’affichent souvent mal ou ne sont pas agréables visuellement.

 

  • Popularité de la newsletter

80% des internautes se sont abonnés à au moins une newsletter (6,4 newsletters en moyenne par utilisateur).

44% des newsletters reçues sont considérées comme intéressantes par les internautes français. Click To Tweet

Seuls 40% des internautes français se désabonnent d’une newsletter s’ils la trouvent inintéressante.

52% des internautes français considèrent que la newsletter est pratique pour rester en contact avec une marque (1er, devant les réseaux sociaux).

16% des internautes français considèrent que la newsletter est le meilleur moyen de s’informer avant d’acheter un produit en ligne, devant la télévision, la radio, les réseaux sociaux et les magazines spécialisés.

 

  • Personnalisation

32% des abonnés à des newsletters sont prêts à donner plus d’informations sur eux-mêmes pour recevoir des messages plus personnalisés.

 

  • Comportement d’achat B2C

88% des internautes ont commandé au moins une fois sur internet en 2017.

76% des internautes français ont déjà acheté en ligne après avoir reçu une newsletter. Click To Tweet

75% des internautes français sont déjà allés en magasin pour acheter un produit présenté dans une newsletter ou un email marketing.

 

Sources :

 

Voulez-vous (vraiment) envoyer des emailing gratuits ?

Voulez-vous (vraiment) envoyer des emailing gratuits ?

Quand et comment pouvez-vous créer et envoyer des emailing de manière totalement gratuite et à partir de quel moment l’utilisation d’un logiciel professionnel devient nécessaire ?

Depuis que Ray Tomlinson a envoyé le premier message électronique en 1971, la popularité de l’email n’a fait que grimper. Le nombre d’e-mails envoyés chaque année augmente en continu tout comme le nombre d’adresses électroniques dans le monde. Et ça, sous réserve d’une connexion à Internet, c’est gratuit.

Si on oublie la délivrabilité, l’envoi de masse et toutes les notions de sauvegarde et gestion de données, l’envoi d’emailing avec un webmail gratuit est plutôt tentant. Et c’est vrai qu’on peut créer des emails assez facilement, choisir son objet, sa police d’écriture, ses couleurs, ajouter des images, etc.

Disons qu’un webmail ou un logiciel de messagerie gratuit est amplement suffisant… pour envoyer votre invitation à un barbecue géant Samedi prochain à vos 37 contacts !

Bien évidemment, il est totalement inutile de tenter d’envoyer des emails marketing à vos contacts professionnels avec Outlook, Gmail ou Yahoo.

Aller, un petit tableau récapitulatif pour la route :

Fournisseur de messagerie gratuit Logiciel professionnel
Envoi d’emails en masse
Personnalisation automatique
Gestion des listes de contacts
Gestion des inscriptions
Gestion des désinscriptions
Utilisation d’un domaine d’envoi personnalisé
Prévisualisation de l’email
Design professionnel
Responsive design
Retours statistiques détaillés
Coût pour 1 email 0€ De 0,029€ à 0,002€ HT avec Sarbacane

 

Voyons ces avantages un par un…

 

1. Envoi d’emailing en masse

Les fournisseurs de messagerie gratuits sont parfaits pour envoyer des emails individuels, ou à quelques personnes à la fois. Si les destinataires vous connaissent, il n’y a aucun problème.

En revanche, ils ne sont pas du tout faits pour envoyer des emails en grand nombre. D’ailleurs, la plupart des webmails gratuits imposent une limite maximum d’envoi par message. La solution que beaucoup utilisent est de faire des groupes de contacts et d’envoyer leurs newsletters en plusieurs fois.

Est-il nécessaire d’expliquer pourquoi cette méthode est à bannir ? Peut-être bien. Le premier gros problème est celui de la délivrabilité. En faisant cela, votre adresse IP est considérée comme celle d’un expéditeur non sérieux et non professionnel par les filtres antispam, qui risquent de se méfier de vous et d’envoyer toutes vos newsletters en SPAM.

L’utilisation d’une solution emailing professionnelle vous permet de palier à ce problème en mettant à votre disposition des serveurs d’envoi et des adresses IP professionnels dédiés à l’envois d’emails en masse.

 

2. Envoyer en masse tout en s’adressant individuellement à chaque contact

Vous voudriez vous adresser personnellement à tous vos contacts mais vous ne pouvez pas vous permettre d’envoyer des emails personnalisés un par un. Avec un fournisseur de messagerie gratuit, vous pouvez envoyer à plusieurs destinataires en même temps, mais l’email sera le même pour tous et donc pas personnalisé. L’approche est donc plus difficile et donne moins envie au destinataire de vous répondre.

La solution : personnalisez vos emails ! Avec une solution d’emailing professionnelle, vous pouvez personnaliser l’objet et le contenu de vos emails marketing en fonction de chaque destinataire et les envoyer quand même tous en même temps.

Par exemple, vous pouvez choisir d’ajouter le prénom de chacun de vos destinataires pour les saluer dans l’introduction de votre email promotionnel « Bonjour {Prénom}, cette offre devrait vous intéresser.. ». Chaque destinataire verra ainsi son propre prénom au début de l’email et se sentira plus proche de vous.

 

3. Gérer sa base de destinataires

Avec un webmail gratuit comme Gmail ou Outlook, la gestion de contacts est très compliquée voire impossible. Pas de tableaux clairs avec les informations de chaque contact, impossible d’automatiser l’ajout de contacts dans une liste, de qualifier les destinataires, de les filtrer… Bref, pas de ciblage possible.

Voilà encore une raison d’opter pour un logiciel d’emailing professionnel. Toutes ces manipulations sont faisables avec une vraie solution, et le ciblage est probablement l’une des étapes les plus primordiales en matière d’email marketing.

Avec un fournisseur de messagerie classique, vous n’aurez aucun contrôle sur le choix des destinataires de vos campagnes.

 

4. Gérer les inscriptions à vos listes

Une liste de contacts est toujours en mouvement, des nouveaux contacts y sont inscrits et certains de désinscrivent régulièrement, c’est normal.

Si la gestion des inscriptions peut être facilement gérable « à la main » tant que leur nombre est raisonnable, cela devient très vite compliqué d’alimenter une base lorsque les contacts se comptent par centaines ou par milliers.

Si vous souhaitez faire grandir vos listes, vous avez besoin d’un formulaire d’inscriptions que vous pouvez partager et customiser comme bon vous semble. Avec un logiciel d’emailing gratuit, c’est impossible.

Un outil professionnel vous permet de créer des formulaires connectés aux listes de contacts en temps réel. Cela signifie que lorsque quelqu’un remplit votre formulaire, il est directement inscrit dans votre base de données.

De plus, vous avez la possibilité de créer n’importe quel type de formulaire et de demander toutes les informations que vous souhaitez à vos contacts. Autrement dit, vous automatisez l’inscription de nouveaux contacts dans vos bases et obtenez les informations que vous souhaitez, en toute simplicité.

Exemple de formulaire d’inscription créé avec Sarbacane :

formulaire inscription emailing

 

5. Gérer les désinscriptions

Alimenter sa base de données automatiquement, c’est bien. Mais il y a un point à ne surtout pas négliger : les désinscriptions.

Si vous souhaitez envoyer des newsletters en tant qu’entreprise, la loi vous oblige à ajouter un lien de désabonnement dans vos emails. En utilisant un webmail gratuit, vous devez vous débrouiller pour créer ce lien par vous-même.

De plus, il vous faudra supprimer manuellement dans vos bases les contacts qui ont souhaité se désabonner. Et dans ce cas, vous avez intérêt à n’en oublier aucun, sous peine de lourdes amendes… et plus encore.

Pour plus de sûreté, choisissez une solution emailing adaptée. Ainsi, vos liens de désabonnement sont générés automatiquement et liés à vos listes de contacts pour que dès que quelqu’un clique dessus, la désinscription est prise en compte.

 

6. Bénéficier d’un nom de domaine personnalisé

Gmail.com, outlook.com, hotmail.fr, etc… sont optimisés pour l’envoi d’emails en privé. Si vous envoyez un email avec ce domaine d’expédition à une ou très peu de personnes, pas de souci.

En revanche, si vous envoyez à un grand groupe  d’individus, vous avez besoin de votre propre nom de domaine pour être considéré comme expéditeur sérieux et professionnel. C’est pourquoi la grande majorité des entreprises possèdent leur propre nom de domaine, dont elles se servent pour envoyer leurs campagnes emailing.

Vous devez donc vous assurer que vous pouvez intégrer votre domaine personnalisé à votre outil de routage d’email. Cela vous permet d’assurer votre délivrabilité, d’instaurer une confiance entre vous et vos destinataires, de préserver votre réputation d’expéditeur sur le long terme et au final, d’optimiser les performances de vos campagnes.

 

7. Pré-visualiser son emailing

S’envoyer un test pour vérifier son email, c’est très facilement faisable, et c’est gratuit. Peu importe votre outil, vous pouvez le faire.

En revanche, si vous souhaitez vérifier l’apparence de votre message dans toutes les boîtes de réception possibles, il va vous falloir un outil spécialisé.

Les solutions emailing professionnelles vous proposent généralement de pré-visualiser votre emailing dans différentes messageries, pour être sûr que celui-ci s’affichera correctement chez vos destinataires.

C’est une étape non négligeable qui permet d’éviter des surprise et d’optimiser la lisibilité de votre message et donc ses performances en termes clics.

 

8. Réussir le design de sa newsletter

Peu de gens lisent les emails qu’ils reçoivent de la part d’entreprises. Nous avons pour habitude d’ouvrir les messages des expéditeurs que l’on connaît bien et/ou qui ont un objet intrigant.

Alors pour sortir du lot et vous faire repérer par vos contacts, le design va être un élément capital. Un éditeur d’emails classique et gratuit comme Outlook ne permet pas de faire grand-chose, si ce n’est modifier les couleurs des polices et l’ajout d’images.

Une véritable solution emailing vous permet de concevoir un design d’email professionnel et agréable, en ajoutant par exemple une couleur de fond, en structurant le contenu comme bon vous semble, en modifiant vos images, etc.

email builder

Et même si vous estimez ne pas être un créatif ou que vous n’avez simplement pas le temps de créer, la plupart des solutions emailing proposent des templates d’emails tout faits, qu’il vous suffit de personnaliser.

 

9. Créer des emailing responsive design

Tout doit être parfait avant d’envoyer votre email. Si celui-ci s’affiche correctement sur votre ordinateur, ce n’est pas dit qu’il en soit de même sur un smartphone ou une tablette.

En utilisant un programme d’emailing gratuit, il est impossible de créer un email qui puisse s’adapter à tout support de lecture. Vous aurez besoin d’un logiciel professionnel qui puisse créer pour vous un email responsive design.

En emailing, le responsive design désigne l’ajustement automatique d’un email en fonction du support sur lequel il s’affiche. De ce fait, lorsqu’un email est dit « responsive », sa structure n’est pas exactement la même sur un mobile que sur un écran d’ordinateur classique. L’ordre et le placement des contenus va s’adapter de lui-même.

Aujourd’hui, plus de 50% des emails sont lus sur mobile dans le monde. Avec un chiffre pareil, il n’est pas difficile de comprendre l’importance d’utiliser un logiciel emailing professionnel pour créer et envoyer ses campagnes.

 

10. Obtenir des retours statistiques détaillés

Pour revenir à cette histoire d’invitation à un barbecue à vos 37 contacts… effectivement, dans cette situation, pas besoin de retours statistiques détaillés.

Mais disons plutôt que vous envoyez une campagne de promotion à 4000 personnes. Dans ce cas, avoir à portée de main des retours statistiques pour savoir à quel point votre email a été efficace pourrait vous être bien utile.

Et devinez quoi… voilà encore une fonctionnalité que seul un vrai programme d’email marketing professionnel peut mettre à votre disposition.

En outre, vous pourrez obtenir :

  • Les taux d’ouvertures de vos emails
  • Les taux de clics sur vos liens
  • Le temps de lecture (uniquement avec Sarbacane)
  • La géolocalisation
  • Les supports utilisés
  • Etc…

statistiques emailing

 

En résumé, l’utilisation d’une solution emailing professionnelle permet un véritable gain de temps et d’image, une délivrabilité optimisée, des possibilités de ciblage accrues et surtout, des performances marketing décuplées.

Désormais, il est normalement suffisamment clair que l’utilisation d’un webmail gratuit ou d’une boîte de messagerie classique ne suffit pas à faire de l’emailing.

 

ESSAYEZ UNE SOLUTION PRO GRATUITEMENT
ET CONSTATEZ LA DIFFÉRENCE PAR VOUS-MÊME

Passez en mode « Pro » et choisissez Sarbacane, la solution emailing, SMS, et marketing automation n°1 en France, entièrement dédiée aux professionnels comme vous.

Simple & Rapide • Support tél. gratuit • 100% français 🇫🇷